Association pour le Traitement des Malades Insuffisants Rénaux

PROJET DE RECHERCHE 2022

PROJET DELIGHT

Projet delight

publication du 27/02/2023

Publication du 29/09/2023

État des lieux du projet DELIGHT
au 5 mai 2024

Étude de l’influence des traitements de désimmunisation sur la réponse immunitaire de patients hyperimmunisés en attente de transplantation rénale

Titre court : DELIGHT

Code promoteur : 38RC22.0399
Promoteur de la recherche : CHU Grenoble-Alpes

Investigateur principal : Dr Johan NOBLE

L’Avis favorable du CPP Nord Ouest IV le 09/02/2022
Mise en place réalisée avec l’équipe investigatrice le 15/05/2023

État avancement : Inclusions terminées, analyses terminées, article rédigé et soumis dans une revue de transplantation rénale : en cours de révision par les pairs avant publication.

Titre de l’article et co-auteurs :

Persistence of glycolysis-dependent alloreactive memory B cells in highly sensitized kidney transplant recipients despite desensitization

Johan Noble 1,2,3, Lara Cabezas 1,2, Aurelie Truffot 3,4, Lucile Dumolard 2, Thomas Jouve 1,2, Paolo Malvezzi 1, Lionel Rostaing 1,2, Céline Dard 5, Philippe Saas 2,6, Paolo Cravedi 3, Zuzana Macek-Jilkova 2,7

Malgré l’utilisation croissante des stratégies de désimmunisation, les patients hyperimmunisés restent à haut risque de rejet médié par les anticorps, suggérant que, même lorsque les anticorps spécifiques au donneur (DSA) sont efficacement enlevés, les lymphocytes B spécifiques mémoires anti-donneur persistent.

 

Methode: Nous avons inclus 10 receveurs fortement immunisés ayant subi une désimmunisation par plasmaphérèse et une élimination des lymphocytes B (Rituximab) avant une transplantation rénale. Nous avons quantifié les changements dans les DSA (luminex), les sous-populations totales de lymphocytes B (cytométrie en flux), les lymphocytes B anti-HLA spécifiques du donneur (fluorospot) et le métabolisme des sous population de lymphocytes B, avant la désensibilisation, au moment de la transplantation, et à 6 et 12 mois apres la greffe.

 

Résultats: La désimmunisation a été associée à une diminution des DSA et du pourcentage total de lymphocytes B de mémoire et de lymphocytes B naïfs, tandis que les plasmocytes et les lymphocytes B circulants anti-HLA du donneur de mémoire ont persisté jusqu’à 12 mois après la transplantation (Figure 2). À 12 mois après la transplantation, les lymphocytes B de mémoire ont augmenté leur capacité glycolytique (Figure 5 et 6), tandis que les plasmocytes KI67+ prolifératifs ont modifié leur métabolisme en augmentant leur capacité d’oxydation des acides gras et des acides aminés et en diminuant leur dépendance au glucose. Malgré l’épuisement efficace des DSA, les lymphocytes B anti-HLA du donneur persistent chez les receveurs de transplantation rénale (Figure 4). En raison de la dépendance de ces cellules à la glycolyse, les thérapies ciblant la glycolyse pourraient représenter une stratégie de traitement précieuse.

Figure 2

 

Composition des lymphocytes B avant la désimmunisation et jusqu’a 1 and après la transplantation.

Figure 2: Composition des lymphocytes B avant la désimmunisation et jusqu’a 1 and après la transplantation. Lymphocytes B totaux (CD19+CD3-CD14-) (A), lymphocytes B de mémoire (CD19+CD38− CD24+ CD27+) (B), plasmocytes (CD19+CD27hi CD38hi) (C), lymphocytes B naïfs (CD19+CD27– IgD+) (D). Lymphocytes B transitionnels (CD19+ CD27– CD24hi) (E). *P < .05 par test Anova. Les PBMC étaient disponibles pour les 10 patients aux 4 moments.

Figure 4

 

La désimmunisation ne réduit pas significativement les lymphocytes B mémoires spécifiques au donneur.

Figure 4: La désimmunisation ne réduit pas significativement les lymphocytes B mémoires spécifiques au donneur. Différenciation des lymphocytes B mémoires spécifiques au donneur en plasmocytes évaluée par FluoroSpot mesurant les anticorps spécifiques au donneur (spots) et exprimée en nombre moyen de spots par million de PBMC (A) et ratio entre les mBC spécifiques de HLA et les mBC polyclonales totales IgG (B). Les points rouges correspondent aux patients ayant eu un rejet humoral au cours du suivi. *P < .05 par test Anova. Les PBMC étaient également disponibles pour les 10 patients aux 4 moments.

Figure 5

 

Impact de la désimmunisation et de la transplantation sur le métabolisme des lymphocytes B

Figure 5: Impact de la désimmunisation et de la transplantation sur le métabolisme des lymphocytes B. Evolution du profil métabolique des sous-populations de lymphocytes B avant la désensibilisation (Pre-D), avant la transplantation (M0), au mois 6 (M6) et au mois 12 (M12) après la transplantation. La valeur P indique l’évolution du pourcentage de métabolisme entre Pre-D et M12. *P < .05 par test de Wilcoxon.

5

FAO :

oxydation des acides gras ; AAO : oxydation des acides aminés. 4 patients avaient un prélèvement manquant.

Figure 6

 

L'inhibition de la glycolyse entraîne une diminution significative de la sécrétion d'IgG par les lymphocytes B mémoires activés

Figure 6: L’inhibition de la glycolyse entraîne une diminution significative de la sécrétion d’IgG par les lymphocytes B mémoires activés. Sécrétion d’IgG évaluée par ELISpot chez 5 receveurs de transplantation rénale et exprimée en nombre brut de spots. OXPHOS : phosphorylation oxydative.

Fait à Grenoble, le 5 mai 2024
Dr. Johan NOBLE

AVANCEMENT DU PROJET DE RECHERCHE DELIGHT (2022)

Étude de l’influence des traitements de désimmunisation sur la réponse immunitaire de patients hyperimmunisés en attente de transplantation rénale (étude DELIGHT)

État des lieux du projet DELIGHT au 29 septembre 2023

État des lieux du projet DELIGHT au 29 septembre 2023

1- Analyses sur PBMC de 10 patients à 4 temps
avant désimmunisation, T1 le jour de la transplantation rénale, T2 à M3 post greffe et T4 à M12 post greffe
2- Analyse en cytométrie de flux :
Objectif : quantification de la population B-mémoire, Plasmablastes, B naifs et B transitionnels (Cf figure1) aux 4 temps pour chaque patient.
3- Analyses en ELISPot B anti-HLA, B anti BKV et T anti CMV, EBV et BK pour l’analyse de la réponse anti HLA et anti virale aux 4 temps pour chaque patient (40 tests)
4- Analyse métabolisme par méthode SCENITH (cf Figure 3)

lire plus
État des lieux du projet DELIGHT au 27 février 2023

État des lieux du projet DELIGHT au 27 février 2023

1- Cohorte déjà établie :
Les cellules des 40 patients désimmunisés au CHU de Grenoble-Alpes : recensement des PBMC (cellules mononuclées du sang )congelés : exploitables pour 26 patients  : avec en moyenne 2 aliquots de cellules x 5 pour chaque patient à différents temps du suivi

2- Cohorte prospective :
Projet DELIGHT prospectif avec analyses échantillon sanguin, médullaires et ganglionnaire de patients hyperimmunisés :
Dépôt du dossier au CPP le 13 décembre 2022

lire plus

Les étapes prévues du projet DELIGHT

R

Étape 1 (2023)

Dépôts du projet à la délégation de la recherche clinique et innovation (DRCI) pour accords du CPP et aide méthodologique

R

Étape 2 (2023 - 2024)

Récupération des échantillons, finalisation du RIPH prospectif et dépôt au CPP, explorations mécanistiques.

R

Étape 3 (2024 - 2026)

Réalisation des analyses de recherche à l’IAB (Institut for Advanced Biosciences) de Grenoble et publications des résultats.

x  Powerful Protection for WordPress, from Shield Security
Ce Site Est Protégé Par
Shield Security